Skip to main content
Hírek 2021Kapun kívül 2021

Le tableau récemment découvert d’Endre Rozsda peut être vu pour la première fois à la galerie Várfok

By 2021.05.05.No Comments

L’un des points forts de l’exposition collective « Other Landscapes are Coming » de la galerie Várfok est une œuvre lyrique d’Endre Rozsda, peinte à Paris en 1959, qui, outre ses remarquables qualités picturales, a également une histoire extraordinaire à raconter.

En 1957, Endre Rozsda quitte définitivement la Hongrie et s’installe à Paris. Peu après son arrivée à Paris, il rencontre Simone Collinet, la première femme d’André Breton, et la même année, sa première exposition a lieu dans sa galerie, la Galerie Furstenberg. C’est ainsi qu’il entre en contact étroit avec André Breton et les cercles fermés des surréalistes, moments décisifs pour le développement de son œuvre et sa reconnaissance internationale.

Il a peint ce tableau en 1959 et, comme on l’a découvert récemment, il a été acheté directement à l’atelier par le noble Alain d’Aubigny au début des années 1960. Cela signifie que le tableau ne pouvait plus faire partie de la deuxième exposition à la Galerie Furstenberg en 1963, et que son existence n’était pas connue jusqu’à présent.

L’arbre généalogique de l’architecte Alain d’Aubigny pourrait être étudié pendant des jours, il était parent et descendant de nombreuses personnes illustres. Pour n’en citer que quelques-uns : il était l’arrière-petit-fils du frère de Napoléon, Lucien Bonaparte, et le neveu du géographe et botaniste Roland Bonaparte, dont même Endre Ady parlait en termes élogieux dans le Journal de Budapest de 1907. Il était le filleul du prince George, prince de Grèce et du Danemark (oncle du prince Philip d’Édimbourg récemment décédé) et de la princesse Marie Bonaparte, psychanalyste, amie de Freud, qui a inspiré à Brancusi sa sculpture de la princesse X. Cela vaut la peine de prendre un moment pour imaginer le milieu parisien dans lequel les œuvres de Rozsda ont pu être accrochées !

Endre Rozsda: Alain d’Aubigny 1941 huile sur toile, 73×60 cm, collection privée

Rozsda est entré en contact avec d’Aubigny lors de son premier séjour à Paris, et au fil des ans, ils sont devenus amis. Leur relation étroite est attestée par le portrait de Rozsda de 1941, qui occupe une place dominante dans son œuvre. Comme l’écrit l’historienne de l’art Krisztina Passuth dans le catalogue de la première grande rétrospective hongroise de Rozsda au Műcsarnok en 1998 : « […] De tous les tableaux, “Alain d’Aubigny” est le plus intéressant et le plus inhabituel. Le buste, parfaitement rigide, présenté d’un point de vue latéral austère, avec sa posture droite improbablement immobile, son cou extrêmement long et son profil curieux et intéressant, fait plus penser à une statue antique ou à un portrait de la Renaissance qu’à une figure humaine vivante. Les tons rose-ocre délicatement nuancés de la couleur du corps sont parfaitement complétés par la surface uniforme, fracturée et jaunâtre du fond. Bien que ce tableau reste dans les limites d’une représentation strictement objective, sa conception est complètement différente des compositions légères et détendues des grands tableaux de la période de Budapest. »

Endre Rozsda : Sans titre 1959, huile sur toile, 65×92 cm, collection privée

La peinture de 1959 porte les marques du style de Rozsda, un exemple relativement précoce mais mature et hautement lyrique de sa période surréaliste kaléidoscopique. Les motifs se fragmentent en formes minuscules, de nombreuses couches de peinture apparaissent les unes sur les autres, et les impressions caractéristiques de dentelle et de feuilles tissent et épaississent encore la toile de la peinture et du temps. « Je suis la Parque qui tresse le fil du temps » disait Rozsda, et en effet la structure spatiale du tableau contient la simultanéité de différents plans temporels, avec des formes qui se rapprochent et rayonnent à partir du fond, créant des systèmes de relations changeants, parfois plus abstraits, planaires, parfois en expansion spatiale, dans lesquels l’espace et le temps réels sont dissous.

Plus on regarde la composition, plus on voit clairement une forme architecturale centrale en arcades, peut-être le sanctuaire d’une cathédrale gothique, au centre de laquelle rayonne une luminosité insaisissable. La cathédrale apparaît à plusieurs reprises dans l’œuvre de Rozsda, il a peint une autre œuvre la même année que le tableau, intitulée Explosion dans la cathédrale, et il est revenu au sujet dans les années 1980, donc peut-être est-ce une hypothèse valable. (Vous pouvez en savoir plus sur l’art de Rozsda et ses œuvres inspirées des cathédrales ici https://papageno.hu/featured/2020/03/rendkivuli-muvek-rendkivuli-idokben-rozsda-endre-emlekekbol-es-fenybol-szott-muvei/).

Kovács Krisztina

Le tableau sans titre d’Endre Rozsda, datant de 1959, visite la Hongrie pour la première fois. Bien qu’il s’agisse d’une collection privée, il sera présenté dans le cadre de l’exposition collective de la galerie Várfok, intitulée Other Landscapes are Coming, jusqu’au 22 mai 2021. Cela vaut la peine de s’y rendre, il n’est pas fréquent que des œuvres aussi extraordinaires et d’une provenance aussi distinguée émergent de la trame du temps !

L’exposition Other Landscapes are Coming sera ouverte du 13 avril au 22 mai 2021, du mardi au samedi entre 11 h et 18 h, gratuitement, à la galerie Várfok.

Artistes exposants : Aatoth Franyo, Czigány Ákos, Françoise Gilot, Herman Levente, Korniss Péter, Mulasics László, Nemes Anna, Orr Máté, Rozsda Endre, Szirtes János, Szotyory László, Ujházi Péter

Varfok

Author Varfok

More posts by Varfok